Pourquoi on a besoin d’un espace comme l’Astérisk?

 

Le spectre des réalités vécues aujourd’hui par les jeunes LGBTQ+ est large; de l’acceptation complète par leur entourage au rejet par leur famille, en passant par une gamme de questionnements et d’explorations de leurs identités. La littérature scientifique sur l’homophobie et la transphobie à maintes fois démontré que ces jeunes sont plus vulnérables à de multiples situations : consommation abusive d’alcool et de drogues, itinérance, fugues, décrochage scolaire, comportements sexuels à risque, idéations suicidaires, etc. L’intimidation pour des motifs reliés à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre vécue à l’école pousse trop souvent les jeunes en questionnement en dehors du réseau des organismes jeunesse traditionnels. Le Village gai, véritable pôle d’attraction de par sa notoriété avec ses bars et ses saunas, accueille souvent les premières expériences de ces jeunes en quête d’identité. Alors que Montréal est perçue comme un havre de paix pour les personnes gaies, lesbiennes, bisexuelles, trans, non binaires, queer et en questionnement, force est de constater que les services de proximité qui sont dédiés aux jeunes LGBTQ+ font défaut. En effet, l’Astérisk est le seul espace non commercial destiné aux jeunes de la diversité sexuelle et de genre à Montréal.